Quand on courtise l'anima mundi chère à Sharon Blacky, on chemine dans les terres enchanteresses des légendes. On se met à l'écoute du langage des cygnes, on apprend à voir avec les yeux de la chouette. On pose nos pas doucement dans l'herbe scintillante de rosée.

 

Où que l'on se trouve, en entre dans un dialogue nourri avec la nature qui nous entoure.

 

Mais si tous les lieux peuvent nous enseigner, que l'on soit au bord de l'océan ou au milieu d'une jungle urbaine, certains haut-lieux sont sacrés depuis si longtemps qu'ils ont acquis une aura particulière. La foule des pèlerins qui est venue parler avec eux au fil des millénaires a laissé un fil rouge qui peut nous aider à mieux percevoir le Souffle du Monde. Pour chacun d'entre nous, ils entrent en résonnance de façon différente et éminemment personnelle.

 

Je ne livre ici que mes lieux-sanctuaires, qui ont marqué mon parcours d'une façon ou d'une autre...

 

Si j'ai grandi dans les lumières chères à tant de peintres de la Provence ensoleillée, mon coeur vibre depuis toujours pour les brumes mystérieuses des pays verdoyants de la frange celte.

Photo: Cathédrale de Wells, Angleterre (février 2020)

IMG_20200301_133810.jpg

Pèlerins du sacré